Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On a vu l'année 2015 commencer et se terminer mais l'Etat Islamique fait toujours partie des problématiques internationales. Les gros titres des journaux parlent toujours des attaques choquantes et sanglantes, des activités menées dans les médias sociaux, de l'utilisation de techniques de propagande, des commentaires vantards et des militants intrépides. Toute l'année des discussions ont eu lieu sur les plans à élaborer pour lutter contre cette organisation radicale.

Les efforts pour l'empêcher de recruter de nouveaux membres et de diminuer son attractivité restent vains. Il semblerait que les résultats ne seront pas meilleurs en 2016. Ce qui nous amène à cette conclusion est la conférence organisée par le gouvernement du Président des Etats-Unis Barack Obama début janvier.

De nombreuses personnalités de renommée internationale ont participé à cette conférence en Californie. La liste des invités reflétait l'importance que le gouvernement américain accorde à ce sujet. Des hauts fonctionnaires de la Maison Blanche, des conseillers en sécurité nationale et des dirigeants d'entreprises de haute technologie américaines se sont réunis. L'objectif était de rassembler les dirigeants du secteur privé et public contre le radicalisme et de créer un projet de haute technologie pour le combattre.

On sait que l'Etat Islamique sait très bien utiliser l'Internet et les médias sociaux pour diffuser sa propagande. On sait aussi que les pays occidentaux n'ont pas encore réussi à mettre en place une stratégie efficace pour lutter contre cela. La conférence en Californie avait pour objectif d'avancer dans la lutte contre la propagande de l'Etat Islamique. L'une des premières mesures annoncées, comme l'a indiqué le Département d'Etat, est la mise en place d'un centre qui réfute tous les commentaires de l'Etat Islamique et des autres groupes radicaux.

Ce centre tentera de répondre à de tels groupes extrémistes "en mettant en avant leurs méfaits et en créant une image positive de l'Occident".

A première vue, ce centre semble le bienvenu, mais quand on le regarde de plus près, même si la mise en place de ce centre est louable, ses objectifs sont loin de produire les effets désirés. Tout d'abord, prenons en compte la volonté de créer une image positive de l'Occident ; c'est-à-dire les relations publiques. Il ne semble pas possible de modifier l'image sévère et négative qu'ont les militants de l'Etat Islamique ou leurs sympathisants des Etats-Unis et de l'Occident.

Des mesures pour redorer le blason peuvent être plus ou moins utiles dans le monde des affaires institutionnelles mais il sera difficile aux relations publiques de trouver une solution dans un monde rythmé par les attaques quotidiennes, les bombardements aériens, la mort d'enfants innocents, de civils et de réfugiés. N'oublions pas que la colère du Moyen-Orient envers l'Occident a été engendrée par les politiques erronées de l'Occident depuis les années 2000 et que ces politiques ont causé des souffrances irréparables dans leur sillage.

Pour rappel, l'Occident intervient toujours au Moyen-Orient à l'aide d'armes et de missiles. Il est donc improbable qu'une image positive de l'Occident naît dans les cœurs des gens dans de telles circonstances. Si les pays occidentaux désirent vraiment que le Moyen-Orient ait une image positive d'eux, alors ils doivent changer de stratégies. Au lieu d'intervenir militairement, ils doivent privilégier des valeurs telles que la paix, la liberté, l'égalité, la fraternité, la justice, l'amour et la solidarité, valeurs qu'ils doivent certainement adopter dans leurs propres pays. Ils doivent également utiliser leurs ressources matérielles, leurs moyens économiques et technologiques pour apporter des solutions utiles.

On comprend que l'administration américaine a un autre objectif qui est de faire prendre conscience aux gens "des méfaits des groupes extrémistes" et d'empêcher ainsi l'EI de recruter de nouveaux membres. Il est clair que ceci n'est pas la bonne stratégie pour arriver à un bon résultat. L'EI et les groupes radicaux similaires commettent des actes de violence et de terreur, non au nom du mal, mais au nom de ce qu'ils croient être "un but sacré et élevé" et c'est là qu'ils se trompent.

Nous ne devons pas oublier que la majeure partie des militants de l'EI ne sont pas ignorants, non informés ou naïfs. Ils ne sont pas non plus fous ou pervers, et ils ne semblent pas non plus souffrir de désordres mentaux tout comme ceux qui ont été manipulés après avoir été déroutés par des amis malintentionnés ou par les médias sociaux.

Au contraire, comme le disent les experts, beaucoup de ces jeunes ont été bien adaptés à la société, avaient de bonnes carrières et ont reçu une éducation moderne. Ils ont abandonné leurs biens, leurs carrières et suivent une idéologie car ils pensent sincèrement qu'ils sont dans le vrai et qu'ils font quelque chose d'utile.

Ainsi, puisqu'ils ne considèrent pas ce qu'ils font comme quelque chose de mal et qu'ils suivent une idéologie, la propagande qui a pour objectif de "mettre en avant leurs méfaits" ne pourra tout simplement pas avoir d'impact.

L'EI a recours à de la violence sanglante et des actes sauvages de terreur car il se base sur un système de croyances qui trouve son fondement dans des superstitions, des hadiths fabriqués et des croyances extrêmes qui n'ont aucune place en Islam. Tant que cette superstition et ces hadiths fabriqués seront décrits comme étant la vraie source de l'Islam, nous ne pouvons pas être surpris par cette violence.

Le cœur du problème est ce système de fausses croyances. Ceci ne peut être rectifié que par le Coran. L'EI, ne peut donc pas être dirigé vers le bon chemin par les armes, les bombes ou une propagande stérile mais seulement par le Coran.

En fait, ce sont les dirigeants de tous les pays qui ont compris, l'année dernière même si c'est un peu tard, l'importance d'une lutte idéologique contre l'EI. L'une de ces personnes est Obama. Lors d'une élocution à l'assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier, il a dit : "Au final, ce ne sera pas suffisant de combattre l'EI sur le terrain. Nous devons l'empêcher de radicaliser, recruter et inciter à la violence en tout premier lieu. Ceci signifie que nous devons combattre son idéologie."

"Les idéologies ne sont pas combattues avec les armes, elles sont combattues avec de meilleures idées (une vision plus attractive et convaincante). Nous devons donner la parole aux érudits Musulmans, aux ecclésiastiques et d'autres personnalités y compris les anti-EI, qui courageusement se lèvent contre l'EI et ses interprétations déformées de l'Islam."

Qui va donc lutter contre l'idéologie radicale de l'EI ? Qui dira la vérité face à cette fausse propagande ?

Les Etats-Unis doivent mener une longue réflexion avant de choisir cette personne. On ne doit pas oublier que de nombreuses personnes connues comme étant des érudits de l'Islam considèrent les textes fondamentaux de la culture traditionnelle et orthodoxe de l'Islam comme leur guide et ont donc les mêmes fausses croyances et superstitions que l'EI. Une campagne éducative menée par de telles personnalités religieuses n'aura évidemment aucun impact sur l'EI. Ces personnes seront incapables d'apporter une réponse scientifique pour démolir l'idéologie fausse car ils adhèrent à la même idéologie.

En revanche, l'EI et ses alliés les considèreront comme des personnes malhonnêtes, lâches, passives et timides qui croient à tout ce qui apparaît dans les textes islamiques mais manquent de courage pour agir en fonction de ces écrits et qui n'ont pas réussi à vivre en fonction des valeurs auxquelles ils croient.

On ne trouvera donc pas la solution en impliquant des érudits religieux qui pour l'essentiel partagent la même idéologie que l'EI, mais en menant cette campagne avec des personnes rationnelles, sensibles, capables de réfuter de façon raisonnée et juste cette fausse idéologie. S'ils veulent battre et éradiquer l'idéologie de l'EI, Obama et l'administration américaine n'a qu'une seule option : le Coran. L'antidote au radicalisme est le Coran. Une éducation basée seulement sur le Coran et la seule force contre laquelle l'idéologie de l'EI ne peut résister.

1- www.nytimes.com/2016/01/09/world/middleeast/white-house-officials-to-meet-with-tech-leaders-on-thwarting-terrorists.html?_r=0
2- www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/09/29/remarks-president-obama-leaders-summit-countering-isil-and-violent

New Straits Times:

http://www.nst.com.my/news/2016/02/126668/ideology-can-be-defeated-only-quran

Tag(s) : #daesh, #terrorisme, #islam, #coran

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :