Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'organisation terroriste est souvent basée sur de fausses croyances et des idéologies, mais la rage est toujours le déclencheur. Par exemple, une personne peut très bien être prédisposée à l'idéologie communiste, mais si vous mettez une arme entre ses mains et que vous la provoquez pour qu'elle attaque les présumées "classes dirigeantes", elle pourrait devenir une terroriste.

C'est la même chose avec le radicalisme islamique. Les communautés avec des croyances radicales sont présentes dans le monde islamique depuis des centaines d'années. Des actes dépourvus de sens mais pleins de violences ont été commis au sein de la communauté islamique depuis l'an 200 de l'hégire. Cependant, le radicalisme n'a jamais fait autant sentir sa présence que depuis ses dix dernières années. La seule explication à cela est la rage qui fait que l'état d'esprit radical s'est transformé en terrorisme radical. L'invasion illégale de l'Irak, le fait que des millions de Musulmans soient martyrisés, que les gens soient expulsés de chez eux, que des drones lancent des missiles au hasard et le manque de réaction face à cette situation horrible ont fait naitre une rage, engendrant une profonde haine du monde occidentale.

Les personnes qui utilisent actuellement comme prétexte la lutte contre le terrorisme radical pour s'opposer aux Musulmans semblent avoir oublié que la haine est le point de départ de la terreur. Donald Trump, l'un des candidats républicains aux élections présidentielles américaines, semble ne pas comprendre à quel point son discours dangereux contre les Musulmans peut intensifier le genre de haine qui mène au radicalisme. Il ne pense pas que son discours prononcé suite à sa colère contre le radicalisme et avec l'objectif de gagner les voix des personnes qui partagent la même colère puisse être la cause d'un terrible fléau qui pourrait retomber sur lui et tous les américains. En déclarant la guerre au radicalisme, il ne semble pas conscient qu'il est en train de préparer le terrain à un désastre, en d'autres termes à la rage, qui va nourrir le radicalisme.

Ben Rhodes, le conseiller de sécurité nationale adjoint pour Président Obama, a raison quand il dit que "la rhétorique de Trump confirme la propagande de l'EI qui prétexte que les Etats-Unis sont en guerre contre l'Islam". Le langage sévère utilisé par des personnes telles que Trump n'a pas d'autres objectifs que de faire des Etats-Unis une cible pour le terrorisme radical.

Nous devons prendre en compte les propos du journaliste Mohamed Bazzi :

"Les dernières mascarades de Trump constituent un parfait atout pour l'EI, car elles confirment le message du groupe que l'Occident est le démon, une terre hostile où les Musulmans ne sont pas en sécurité, où ils sont persécutés seulement parce qu'ils sont Musulmans... L'une des raisons pour lesquelles l'EI et les autres groupes djihadistes ont plus de succès en recrutant des Musulmans vivant en Europe, plutôt qu'aux Etats-Unis, est que les communautés Musulmanes semblent y être plus mis à l'écart qu'aux États-Unis. Mais grâce à Trump et aux autres démagogues... de nouvelles répercussions contre les Musulmans engendreront un plus grand ressentiment."

Cette même erreur se retrouve également au Tadjikistan de nos jours. La semaine dernière au Tadjikistan, nous avons été étonnés par les reportages qui révélaient comment 13.000 personnes ont dû se raser de force la barbe au cours d'une campagne au nom de "l'hostilité contre la culture nationale", alors que 2000 Musulmanes ont été obligées d'arrêter de porter le voile. Le Parlement a également condamné le fait de donner des prénoms arabes aux enfants. En fait ces faits n'ont rien de nouveau. L'année dernière, plus de 160 magasins vendant des habits traditionnels Musulmans ont été fermés au cours de l'opération "lutte contre les éléments extérieurs". Des fêtes ont même commencés à être interrompues, ce qui est devenu une tradition dans certains pays islamiques. La fête de la renaissance islamique a été interdite et quelques organisateurs de la fête ont été condamnés.

Le régime Tadjik a révélé son objectif de "prévention de la radicalisation de la société" et de "lutte pour préserver l'ordre laïque". Bien que, en fait, la laïcité telle que nous la connaissons est un concept basé sur la liberté du peuple et les droits des hommes, et c'est dans cette mesure qu'elle constitue une composante majeure de la démocratie. Mais quelle laïcité, qui a déclaré la guerre à la force, peut être obtenue par l'usage même de cette force ?

Le Tadjikistan est un pays pauvre dont 99% de la population est musulmane. La menace du radicalisme a vu le jour malgré toutes les mesures prises. Selon certaines sources non officielles, 2000 Tadjik combattent aux côtés des groupes radicaux en Syrie. Des chefs de police de haut-rang font partis de ces combattants. L'une des raisons de la panique dans ce pays s'explique par le fait qu'un chef de police a annoncé "Nous ramènerons la Sharia au Tadjikistan" dans une vidéo de l'EI. Il ne faut pas oublier que le Tadjikistan partage une frontière de 1344 km avec l'Afghanistan. Cette frontière inclut des zones sous contrôle des Talibans. Ce pays est donc une région où le terrorisme radical peut facilement s'enraciner.

Le régime Tadjik n'est pas conscient qu'il lance des provocations en condamnant différents groupes, tels que la frontière avec l'Afghanistan, voire même pire, l'Islam, d'être à l'origine du terrorisme radical. Aucun Musulman dans ce pays qui considérait que faire pousser sa barbe ou porter un turban est halal ne deviendra plus laïque si tout est interdit. Au contraire, une grande colère envers le régime Tadjik va s'élever et certaines personnes vont commencer à penser que la mentalité du terrorisme radical est justifiée. De telles interdictions ont toujours provoquées d'énormes réactions dans ces pays et ont encouragé certains Musulmans à suivre le chemin du radicalisme au lieu de vivre normalement en paix.

La colère envers les Musulmans, l'oppression et les restrictions engendrent des étincelles sur certaines personnes. Il ne faut pas oublier que les soulèvements terribles qui ont enflammé certains pays ont été déclenchés par des personnes en colère qui pensaient qu'ils n'avaient plus rien à perdre. Quand la colère ne peut plus être contrôlée, aucune mesure légale ou immunité ne peut arrêter une telle rage. Le Tadjikistan ne doit pas mener le front face à cette colère.

La plus grande erreur commise dans la lutte contre le radicalisme international est le fait d'essayer de mettre un terme à ce fléau en utilisant la colère. Tous les journaux papiers et télévisés ainsi que l'Internet se trouvent entre les mains des dirigeants de ces pays. Il serait facile d'éradiquer les fondations de la pensée radicale en utilisant ces moyens, l'amour, l'éducation, l'information et en apportant des preuves scientifiques. Il est évident que des personnes pouvant faire cela existent, et si nécessaire de l'aide peut être demandée. La colère aura pour seul objectif de recruter des personnes issues de groupes radicaux tels que l'EI pour les faire vivre dans le climat qu'ils souhaitent. C'est ainsi que ces pays deviendront plus familiers avec le fléau du terrorisme, qu'Allah a interdit.

1. www.nydailynews.com/opinion/mohamad-bazzi-trump-gift-isis-article-1.2459155
2. conservativetribune.com/tajikistan-radical-jihadism/
3. southfront.org/tajikistan-deploys-1000-extra-troops-near-afghan-border/

Arab News & Riyadh Vision:

http://www.arabnews.com/columns/news/872631

http://www.riyadhvision.com.sa/2016/02/04/dont-let-terrorists-win-2/

Tag(s) : #terrorisme

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :