Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque le terrorisme frappe un pays, ce sont le peuple et le gouvernement de ce pays qui sont les plus touchés. Aucun pays voisin, aucun allié et aucun Etat proche ne pourrait vraiment comprendre la gravité de la situation.

Malheureusement, les politiciens du monde semblent avoir accepté l'idée matérialiste dangereuse du “choc des civilisations”, qui repose principalement sur ​​les conflits et l'égoïsme car ceci convient à leurs intérêts.

Cela explique l'inertie du monde entier face aux grands crimes commis actuellement contre l’humanité dans différentes parties du monde.

Si un individu lit les manchettes internationales sur les récents développements en Turquie, il évaluera probablement la situation en fonction de la source de ce journal. Il croira très probablement à ces rapports; que le gouvernement turc a rompu l’accord de cessez-le-feu avec le PKK ou que l'Etat turc massacre ces soi-disant “combattants kurdes”.

Un lecteur ordinaire ne comprendra pas et ne se souciera probablement pas de l’ampleur du terrorisme en Turquie à laquelle celle-ci est actuellement confrontée.

Expliquons : la semaine dernière, dans une autre embuscade lâche, le PKK a martyrisé 16 soldats un jour et 13 policiers le lendemain. Dans les deux mois, depuis la fin du cessez-le-feu entre le gouvernement et le PKK, les terroristes ont martyrisé plus de 100 soldats et officiers de police turcs. Ils ont bloqué les routes, attaqué les hôpitaux, enlevé des patients, incendié des propriétés publiques et privées et enlevé des milliers d'enfants pour les intégrer dans l’organisation terroriste en tant que combattant. Pour contrer la situation, un couvre-feu a été imposé dans certaines parties du sud de la Turquie. Toutefois, il n’est pas très facile de localiser les munitions que le PKK a stockées dans des maisons et des mosquées dans les villes.

Nos lecteurs se souviendront, depuis le début du processus du cessez-le-feu en Turquie, nous avons averti à plusieurs reprises que cela finira par arriver. Nous avions averti: le PKK est une organisation léniniste qui cherche à s’emparer des parties du territoire de la Turquie et ne renoncera pas aux activités terroristes jusqu'à ce qu'il atteigne cet objectif. Il ne déposera jamais les armes. En se présentant comme pacifique, il va entrer dans les villes, s’implanter, établir un Etat mafieux et travailler pour prendre le contrôle de la région de l'intérieur… Le cessez-le-feu est seulement une pause pour obtenir de nouvelles armes, récupérer et avoir plus de recrues. Il en est ainsi parce qu'une organisation communiste n’abandonnera jamais le communisme jusqu'à ce qu'elle s’empare des territoires qu'elle souhaite et atteigne son objectif d’établir un état.

Bien que nous ne voulions plus de ces résultats, le temps nous a donné raison. Nous expliquons également depuis très longtemps qu’une vraie solution est possible seulement avec une campagne d'éducation massive qui réfute scientifiquement le communisme. Nous espérons que cette fois il ne sera pas nécessaire d’attendre longtemps pour appliquer cette méthode, qui est la seule méthode qui n'a pas été essayée jusqu'à présent.

Alors que certains médias internationaux ont réduit l'incident “à la lutte des combattants de la liberté” et ont étrangement poursuivi leur campagne d'accusation de la Turquie, les questions suivantes viennent inévitablement à l'esprit: si un autre membre de l'OTAN avait été confronté au terrorisme à une telle échelle, comment le monde aurait réagi?

Cela fonctionne-t-il différemment quand il s’agit de la Turquie, le seul membre musulman du Moyen-Orient de l'OTAN ?

Alors que les forces de la coalition aidaient le YPG à fonder un état en Syrie le long des frontières de la Turquie, nous avons également déclaré: le YPG est une organisation terroriste et une branche du PKK. Elle est contrôlée par le même centre, fidèle au même dirigeant, souscrit à la même idéologie, qui est diamétralement opposée aux politiques d'existence des pays de la coalition. Cependant, étant donné que ces avertissements n’ont pas été pris en compte, le PKK cible actuellement nos soldats et policiers dans des attaques terroristes lâches, tout en obtenant le soutien logistique dont il a besoin à partir de cette région contrôlée par le YPG en Syrie. De la même manière, ils obtiennent toutes leurs munitions de la même source. Inutile de dire que les forces de la coalition fournissent ces armes au YPG pour qu’il les utilise contre l’EI. Par conséquent, nous pouvons facilement dire que le PKK perpètre des attaques terroristes sur les territoires turcs en utilisant les armes fournies par les forces de la coalition. En d'autres termes, les armes de l'OTAN sont actuellement utilisées contre l'un de ses membres.

Alors que doit faire la Turquie ? La Turquie est dans une situation ​​de guerre. Par conséquent, une mobilisation devrait être immédiatement déclarée. L’armée turque a environ 700.000 soldats et dans un cas d'urgence, elle peut engager 4 millions de soldats dans les 72 heures. Bien sûr, nous ne voulons pas de bain de sang, mais avoir une force de dissuasion est très nécessaire. Il est très important de déployer des forces dans des zones sensibles dans le sud-est de l'Anatolie. Il est clair qu'une telle mesure mettra fin aux attaques lâches du PKK ciblant des enfants, des médecins, des personnes ordinaires, des policiers et des soldats et entravera également son contrôle dans la région.

Il est connu que les chars turcs sont actuellement stationnés le long de la frontière syrienne pour assurer la sécurité des frontières. Pour empêcher totalement tout passage de militants du PKK à la Turquie à partir de ces zones syriennes sous contrôle YPG, nous devons augmenter le nombre de troupes et de munitions à la frontière, sans prêter attention à l’opposition des forces de la coalition.

A ce stade, la Turquie n'a plus à tenir compte des suggestions de certains membres de l'OTAN demandant à la Turquie de faire des concessions aux terroristes. La Turquie a été laissée seule, sans qu’on assure sa protection contre le terrorisme. L'intégrité de la Turquie, la question la plus sensible pour le peuple turc, est en jeu. Les scènes actuelles sur les rues turques montrent que le peuple turc a maintenant atteint un point de basculement. Tout au long de l'histoire, aucune organisation terroriste, aucune superpuissance n’a pu surmonter la détermination du peuple turc. Le mettre à l'essai une fois de plus ne sera rien d’autre qu’une mission perdue d’avance. Que Dieu bénisse nos martyrs et guérisse nos anciens combattants.

http://www.mbctimes.com/francais/turquie-terrorisme

Tag(s) : #terrorisme, #turquie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :