Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

tehran times_adnan_oktar_Rohingya_crisis_of_humanity

 
tehran times_adnan_oktar_Rohingya_crisis_of_humanity2

“Je suis montée à bord du bateau parce que je n’avais nulle part où aller. Je n’ai pas de maison ou quoi que ce soit de laissé. Les Arakanais ont tué ma mère et mes proches. Les gens du village ont dit qu'ils partaient en Malaisie, alors j’ai pris la décision de les suivre.”

Ces propos appartiennent à une femme se trouvant à bord d’un bateau rempli de gens affamés dans la mer d’Andaman. Ses mots sont simples, ils résument la misère au-delà de l’imagination. La scène est, d'autre part, en un mot, "horrible", quelque chose qu'aucune personne ayant un peu de conscience ne supporterait de voir.

C’est un bateau à bord duquel aucun être humain dans ce monde ne devrait se trouver. C’est le genre de tragédie humaine à laquelle aucune âme humaine ne devrait être confrontée.

Cette femme est membre d'une communauté minoritaire à laquelle un pays - où des générations de sa famille ont vécu pendant des siècles - a refusé la citoyenneté et des droits de vote. Laissons les droits civils de côté, cette communauté est depuis des années persécutée par un régime qui les prive de toute liberté et surtout, de la dignité que chaque humain mérite dans ce monde.

Si vous êtes une personne désintéressée par les nouvelles du monde même de loin, vous êtes maintenant probablement familiers avec ces personnes, les Musulmans rohingyas. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, cette communauté musulmane a combattu aux côtés de l’armée britannique contre les Japonais, faisant d’elle une communauté détestée au Myanmar. Maintenant, leurs petits-enfants - les femmes, les petits enfants, les hommes et les personnes âgées - sont obligés d'embarquer pour un voyage horrible à la recherche d’une patrie. Contrairement à tout voyage que nous connaissons dans notre monde sans conflit, ces personnes n’ont pas de bagage, d’eau ou de nourriture, et dans la plupart des cas, elles n’ont même pas de vêtements pour se couvrir.

Imaginez-vous coincés au milieu de nulle part dans des conditions désespérées, n’ayant aucun parent ou ami de votre pays d’origine. On ne peut même pas imaginer cela comme pire cauchemar!

Cependant, n’ayant ni droits de quelconque nature et plus important encore, n’ayant aucun espoir pour l’avenir dans leur propre patrie, comme dernier recours, ils montent dans une embarcation de fortune, en prenant le risque de mourir.

Avec leurs navires échoués en haute mer par des trafiquants d’êtres humains et les forces navales sévissant contre eux, l’épreuve qu’ils ont vécue n’est aucunement comparable. Leurs bateaux, des “cercueils flottants” comme on les appelle, expliquent leur situation horrible.

Selon l'ONU, les Musulmans rohingyas sont l’une des “minorités les plus persécutées” au monde. Maintenant, la situation s’est transformée en la forme la plus féroce de tragédie humaine en raison de l’attitude des pays voisins de l’ASEAN, riverains de la mer d’Andaman. Le Bangladesh, le Myanmar, la Thaïlande, la Malaisie et l'Indonésie ont tout simplement refusé d'accepter ces gens à la dérive dans leur pays en tant que réfugiés. Les marines ont juste fourni quelques provisions d’eau et de nourritures, puis les ont poussés à la mer ouverte.

Désormais, les médias du monde consacrent de l’espace pour le vécu de ces gens les plus démunis et la communauté internationale est informée de l'existence des Musulmans rohingyas et de leur situation désespérée. Cependant, les efforts des autres pays, qui devraient partager l’esprit de l’humanité, ont jusqu’à présent été très moindres, dépourvus de volonté que toute conscience exige.

Après des semaines de refus d’accueillir des milliers de migrants bloqués en mer, finalement, avec l’offre d’un abri temporaire de l’Indonésie et de la Malaisie - et un peu à contrecœur  - il semble que certaines solutions sont en vue. Toutefois, cette crise a démontré quelque chose de beaucoup plus important; que ce n’est pas une crise isolée qu'un groupe minoritaire dans une partie du monde traverse, mais plutôt une crise de l’humanité.

La tragédie du bateau rohingya a laissé une marque sombre sur l’humanité. C’est une débâcle des droits de l'homme. Cela manifeste la déchéance morale de la conscience humaine. Et nous devons analysé et médité sur cela si nous tenons à créer un monde où chaque enfant a accès aux mêmes libertés que nous désirons pour nos propres enfants.

Dans le cas des Musulmans rohingyas, les préoccupations des pays voisins concernant la prise en charge des réfugiés peuvent être surmontées assez facilement. La Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande sont des pays ayant de vastes terres et des zones côtières. Les réfugiés peuvent être introduits dans un mode de vie où ils peuvent gagner leur vie par la pêche, l'agriculture ou l'élevage sans être un fardeau pour les pays d'accueil. Une telle attitude est ce qui sied le plus à l’humanité, chose que nous avons le plus besoin en ces temps de calvaire.

Ceci est une crise qui révèle comment des vies sont valorisées et appréciées tandis que d'autres sont totalement ignorées. Les êtres humains, quelle que soit leur race, leur nation, leur religion, leur ethnie ou leur tribu, sont l'élément central de ce monde. Toutes les activités commerciales, politiques, industrielles et artistiques sont réalisées dans ce monde pour les êtres humains. La raison de l’existence et de la création de ce monde est les “êtres humains”. Donc tout le monde devrait jouir de la dignité et de la liberté qu'il mérite en tant qu'être humain. Une fois que cette perspective scrupuleuse est adoptée par les politiciens ou les dirigeants, toute moralité dépravée sera purgée et les solutions en profondeur suivront.

Article d’Adnan Oktar sur Tehran Times et Birmanie Horaires:

 
 
burma times_adnan_oktar_Rohingya_crisis_of_humanity

Partager cet article

Repost 0