Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En terme de conviction, il existe deux écoles :

L'école des Maturidis, fondée par l'Imam Maturidi

L'école des Ash'aris, fondée par l'Imam Ash'ari

Ces deux écoles ne font, par essence, qu'une. Leurs différences tournent autour d'une quarantaine de questions, qui ne constituent toutefois que des détails.

L'école Maturidi

Le fondateur de l'école Maturidi est Abu Mansur Mohammed Ibn Mahmud al Maturidi al-Samarkandi, connu plus communément sous le nom d'Imam Maturidi. Il est né à Samarkande en 238 après l'Hégire.

Il était d'origine turque et fut le disciple d'élèves de al-Imam al-Azam Abu Hanifa. Il établit un lien fin entre la raison et la communication dans ses travaux et érigea un mur immuable contre les idées hérétiques en formant des élèves profondément dévoués aux croyances de Ahl al-Sunnah. Il contribua considérablement en transmettant les convictions de Ahl al-Sunnah aux générations suivantes.

Imam Maturidi est l'enseignant sur les matières de foi pour les musulmans Hanafis. Son école est reconnue par de nombreux musulmans, en particulier les Turcs. Certains de ses livres survécurent jusqu'à nos jours, parmi lesquels Kitab al-TawhidTa'wilat al-Qur'an et Kitab al-Jadal. Certains des principes de base constituant l'essence de la croyance de Ahl al-Sunnah sont :

  1. L'existence et l'unicité d'Allah (swt). Nous avons la responsabilité d'avoir foi en Allah (swt), dont l'œuvre fait un avec Son être. Allah (swt) a des attributs qui font partie de Son essence divine. L'attribut "Kalam" d'Allah co-existe avec Son être.
  2. Avoir la foi c'est le dire verbalement et l'accepter dans son cœur. L'individu qui avoue sa foi verbalement mais la rejette dans son cœur ne peut nullement être considéré comme un croyant. La place de la foi est dans le cœur et personne ne peut l'en déloger une fois qu'elle y est bien établie.
  3. Tout comme il est impossible de dire que celui qui a la foi n'est pas un musulman, il est également impossible de dire que quiconque répond à tous les critères de l'Islam n'est pas un musulman. Les actions ne font pas partie de la foi.
  4. Lorsqu'une personne décide d'entreprendre une action, Allah (swt) crée le pouvoir pour que cette action s'effectue. Ce pouvoir créé accompagne l'action. L'action résultante contribue à ce que la personne soit digne de recevoir une rétribution ou un châtiment, selon l'intention sous-jacente.
  5. Les péchés majeurs tels que l'adultère, le meurtre ou la consommation d'alcool ne chassent pas le musulman des rangs de l'Islam. Quiconque commet ces péchés sera pardonné s'il se repent. 
  6. Notre Prophète (saas) intercédera pour ceux qui appartiennent à sa communauté, même pour ceux ayant commis des péchés majeurs. C'est une grâce d'Allah (swt).

L'école Ash'arriyah

Abu al-Hasan al-Ash'ari, le fondateur de cette école, est né à Bassora en 260 après l'Hégire. Il étudia avec Abu ‘Ali al-Jubba'i, un savant Mu'tazili, jusqu'à ses quarante ans révolus.

L'Imam al-Ash'ari écrivit plusieurs livres destinées à Mu'tazilah, qui étaient Ahl al-Bid'ad (gens de l'innovation [non-islamiques]), aux philosophes, naturalistes, athées, juifs et chrétiens. Deux de ses livres qui viennent en premier à l'esprit sont Risalat al-Iman et Maqalat al-Islamiyyin. Il nous légua une vingtaine d'ouvrages. On dit qu'il effectua la prière du matin pendant vingt ans avec le même état d'ablution que la prière du soir. Il mourut à Bagdad en 324 après l'Hégire.

Tag(s) : #islam

Partager cet article

Repost 0